Profil des célibataires : qui sont-ils?

Par Youri, le Vendredi, septembre 28th, 2007

Tantôt enviés pour leur liberté, tantôt délaissés en raison de leur solitude, il est difficile d’attribuer des caractéristiques générales au “célibataire”. Tantôt adulés par les marketeurs et tantôt marginalisés, on se rend vite compte que le profil du célibataire est bien plus complexe que celui qu’on semble nous faire croire. DatingWatch tente d’analyser plus en profondeur le profil des célibataires.


Une simplicité à dépasser :

Quand on parle du célibataire, on a en règle générale deux définitions très simplistes : soit il s’agit du jeune citadin branché qu’on voit dans les spots publicitaires, soit c’est le mec dépressif, isolé et fauché.
BU Data (organisme d’études marketing) a par exemple répertorié sept grands types de célibataires susceptibles de nous faire dépasser ces stéréotypes. Les critères pris en compte pour parvenir à cette segmentation sont les habitudes de consommation, la CSP, la situation géographique,… :

  • Classic Solos : à l’aube de la retraite, revenus moyens.
  • City Singles : citadins aisés
  • Ecos Solos : pré-retraités avec une diminution de revenus. Le stéréotype du célibataire représentant le mec fauché et délaissé se trouve souvent dans cette catégorie
  • Dynamic Solos : Grosso modo des citadins aisés avec un grand enfant à charge en plus
  • Primary Needs : en majorité des femmes seules avec enfants à charge et en difficulté financière
  • City Campus : jeunes fauchés mais débrouillards
  • Singles branchés : citadins, aisés, ouvert aux autres. C’est cette catégorie qui se retrouve souvent dans l’inconscient collectif du célibataire bien dans son corps et qui a soif d’aventure.

Après cette brève énumération de ces différents types de célibataires, on se rend compte rapidement qu’il n’y a pas un seul type de célibataire et que l’expression “oui mais de toute façon les célibataires, ils pensent que…” est un non-sens.
Forcément, il y a 14 ou 15 millions de célibataires en France, alors ils ne peuvent pas tous être identiques, au grand dam des marketeurs!
D’ailleurs, les différentes catégories énumérées ci-dessus font l’objet d’une segmentation spécifique marketing, même si certaines typologies sont plus convoitées que d’autres.
Chose intéressante pour le domaine de la rencontre : les sites de rencontre ciblent indifféremment les différents profils de célibataires. On comprend mieux pourquoi cela peut prendre du temps de trouver une personne qui nous corresponde!

Des traits de caractère commun?

Alors une fois ces différences indiquées, existe t-il des caractéristiques communes liant les célibataires? Même si nous allons rentrer dans des conditions très générales et donc faussement exactes, on peut repérer les tendances suivantes et dire que les célibataires sont souvent :

  • Célibataires : euh, oui pardon…
  • Citadins : 41% résident dans une grande ville et 31% dans une ville moyenne (voir étude Parship)
  • Attachés au bien-être : comme en témoigne le succès des clubs de gym.
  • Intéressés par la culture et les voyages : il existe d’ailleurs des agences de voyage spécialisés pour les célibataires
  • Adeptes de nouvelles technologies et gros utilisateurs d’internet
  • Adepte de la VPC : grande consommation de livres, musiques, objets d’intérieur,…

Age des célibataires : quelques surprises

Il faut rappeller ici, que la plus grande proportion de célibataires sont des femmes de plus de 60 ans. On est loin du surfeur branché! De même, on peut voir sur le graphique ci-dessus qu’avant 50 ans, les il y a plus d’hommes que de femmes célibataires. Le phénomène s’inverse très largement ensuite.
C’est pourquoi tout le marketing des sites de rencontre s’adresse prioritairement aux femmes puisque la cible de clientèle est généralement entre 25ans et 50ans. En revanche, après 50ans, les hommes sont la cible privilégiée des marketeurs. En effet, tout réside dans le phénomène de rareté, le pouvoir ira donc au sexe le moins représenté.

1 Commentaire

Article intéressant.C’est vrai que peu de célibataires choississent cet état.

Combien de marié(e)s envient les célibataires!

Pour ma part c’est un choix et je ne le regrette pas!

L’étude mené par BU Data (organisme détudes marketing) représente en fait les phases de la vie d’un célibataire
Je prends mon exemple:
- j’ai commencé comme:
* City Campus : jeunes fauchés mais débrouillards

Ensuite
* Singles branchés : citadins, ( pas )aisés, ouvert aux autres.

Puis
* Primary Needs : en majorité des femmes seules avec enfants à charge et en difficulté financière
Situation qui a duré longtemps

Suivi de
* Dynamic Solos : Grosso modo villageoise à peine aisée avec un grand enfant à charge en plus

Pour finir
* Ecos Solos : pré-retraitée avec une diminution de revenus

Et Etre:
* Classic Solos : à laube de la retraite, avec revenus très petits.

Par contre, je ne serais jamais:
* City Singles : citadins aisés

En fait, toute notre vie nous sommes cerné par le marketing et nous vivons dans une camisole commerciale

Petite remarque sur votre page: elle n’est pas accessible pour des écrans en 800×640

La Zélie, le décembre 7, 2007
Laissez un Commentaire
Commentaire: