Rencontre et éthique : du minitel à internet

Par Youri, le Vendredi, décembre 21st, 2007

Le site de rencontre puise son origine dans le minitel qui proposait, entre autres, des rencontres sexuelles, le fameux minitel rose. Aujourd’hui, les sites de rencontre se veulent plus sérieux. Mais certaines pratiques héritées du minitel semblent persister…Un ancien acteur du secteur témoigne…


Le minitel rose : une arnaque organisée
Selon la personne interviewée, qui souhaite garder l’anonymat, il y avait sur le minitel 95% d’hommes. Aussi, tout un système était mis en place afin de leur faire croire qu’ils étaient sollicités et de nourrir leurs fantasmes. Deux techniques étaient utilisées :

  • Robots : les algorithmes étaient plus ou moins bien faits selon les cas et permettaient d’envoyer des centaines de mails formatés pour tenir les clients en haleine
  • Animatrices : il s’agissait en fait principalement d’animateurs. Il était alors beaucoup plus difficile de détecter la tromperie.

Le minitel rose a été un business fleurissant entre le début des années 80 et l’arrivée d’internet. Il faut dire qu’à 90 francs de l’époque l’heure de connexion, l’argent coulait à flot.

Selon la personne interviewée, 99% du minitel rose était infesté de robots et autres animateurs.

Le comble est que même les rares femmes présentes sur ces plate-formes étaient contactées par des animateurs ou des robots. Elles étaient en effet si peu nombreuses qu’elles auraient été harcelées de messages en permanence.

Internet et le site de rencontre :
A partir de 1998, le minitel entame son déclin au profit du web. Internet révolutionne la capacité d’échanger par ordinateur interposé. Mais si l’outil change, les attentes restent les mêmes.
Les sites de rencontre font donc rapidement leur apparition, on se souviendra particulièrement de Netclub qui a conféré les premières « lettres de noblesse » au concept. Puis Meetic, grâce à des gros budgets marketing et à l’intégration du messenger remporte la mise et permet de réellement démocratiser le concept du site de rencontre.
Existe alors deux grands types de sites : les sites de rencontre sexuelles et les sites de rencontre sentimentales. Sur les premiers, on retrouve largement les techniques à succès du minitel rose, principalement en raison du déficit de femmes.
Quand aux sites de rencontre sentimentales, ils tentent de démontrer leur sérieux et leur hônneteté et se veulent loin de ces pratiques douteuses.

Les acteurs du minitel :
Aujourd’hui, la plupart des acteurs du minitel ont disparu. Certains ont réussi à se convertir sur internet. C’est le cas notamment de la société AGL, éditrice du fameux 3615 Ulla qui édite aujourd’hui les sites serencontrer.com et cum.fr.
On pense aussi à 123 Multimedia éditeur de tchatche.com et de drague.net. Beaucoup des anciens du minitel ont disparu avec l’arrivée d’internet. D’autres ont cessé leurs pratiques d’antan.

Internet et la démocratisation de la rencontre en ligne :
L’arrivée du web a permis de « déghettoïser » la rencontre en ligne. Les impératifs de transparence et de sérieux aidant, les sites de rencontre ont tout fait pour se donner une image acceptable.
Toutefois, il semble que certaines pratiques douteuses sévissent encore sur certains sites de rencontre. Une récente affaire nous l’a démontré…
Les problématiques de la publicité intrusive, de la reconduction tacite des abonnements, du gonflement artificiel du nombre de membres, et plus grave de l’animation nuisent au concept même du site de rencontre.
Car si plus d’un célibataire sur deux n’a jamais fréquenté un site de rencontre, c’est avant tout par manque de confiance dans ces sites…

12 Commentaires

Heureusement que le design a lui aussi évolué! :))

Pour revenir sur deux points:

-la problématiques de la publicité intrusive: je pense personnellement que pour un site qui tente de rester gratuit, la publicité est indispensable à sa survie (même s’il ne faut pas le cacher, les revenus engendrés sont ridicules aux vues des investissements effectués).
Un site de rencontre qui voudrait garder sa gratuité, dont le premier bénéficiaire ne l’oublions pas est le consommateur, se doit de trouver des solutions et croyez-moi il y en a peu…
Après il faut distinguer la publicité intégrée au site et qui ne déguise pas celui-ci en sapin de nol avec le site rempli de multiples pop-ups, marques blanches, bandeaux en flash et magnifiques petits texte publicitaire générés par le contenu de votre site (donc pub pour les concurrents…). Je pense qu’il faut faire la part des choses et trouver le juste milieu…

-La problèmatique de la reconduction tacite des abonnements: il ne faut pas oublier la raison pratique de cette reconduction, qu’elle est employée par tous (assurances auto, téléphonie, etc…). Il faudrait simplement être honnête, avertir le consommateur avant sa première inscription payante et l’avertir également 10 jours avant terme ou plus selon la durée de l’abonnement initial.

Personnellement le modèle gratuit est celui que je préfère même s’il est très difficile d’en vivre et qu’il ne permet pas le barrage à l’entrée du site…Je cherche une troisième solution! ;)

Laurent, le décembre 21, 2007

Pour bien connaitre le Minitel et ses pratiques je peux ajouter à cet articles que le but à légèrement changé parce que le contexte à (lui) réellement changé.

A l’époque, notamment en T70 (pallier à 1€41/min) le but était de retenir le plus longtemps possible la personne qui « avait chaud » histoire de gonfler sa facture FT.

Le minitel rose était vraiment « rose » (entendez par là que le connecté savez qu’il n’y avait pas de chichi et qu’on allait parler de choses érotiques)

Aujourd’hui la rencontre en ligne propose une offre « grand public » qui donne l’image de mise en relation sous l’aspect d’une cause tout a fait louable.

Le danger reste dans les derniers sites qui ont un shéma de transformation hérité du minitel et qui veulent donner une image clean.

De part son aspect grand public la rencontre en ligne n’a plus rien de « rose » et il y a confusion dans la tête des internautes.

Mais je me plais à croire qu’il ne s’agit là que de quelques résidus qui peuvent encore générer du CA par ce moyen, le marché évolue de plus en plus vite. Seuls les meilleurs resteront.

En fait toute la nuance réside dans l’aspect « hot » ou non de la rencontre. Tout est là, les femmes ne se connecterons jamais en masse sur un service X, et les hommes s’y connectant ne cherchent qu’une relation sexuelle virtuelle ou réelle = le service fourni répond alors à la demande, même si c’est par le biais d’animations ou de scripts – a voir le taux de fidélisation des sites x et des services minitel roses à l’époque… l’expérience a plu à certains .

En revanche, sur de la rencontre grand public, on touche à l’affect, au besoin réel de trouver quelqu’un et de le RENCONTRER ! C’est là que le fait d’animer artificiellement le service prend une tournure « mensongère ».
On ne rencontrera jamais le robot ou l’animatrice qui nous tiens la jambe…et malheureusement on paye pour ça.

@laurent : bon courage pour la 3eme solution ;)

loovle, le décembre 21, 2007

Personnellement, tous les sites actuels, Meetic en tete, sont des transposés du minitel sur internet sans exploiter réellement tout le potentiel multimédia et communautaire ( au delà de cette fichue manie américaine de partager quantité de données ).

Raison pour laquelle, ces sites profitent encore de ces pratiques crapuleuses pour faire du chiffre. Faut que ca change !

( aparté : Il parait qu’une 3e version meetic plus flashouille en contenu multimédia est en en préparation ? PS : je suis un anti-meetic )

Runeen, le décembre 21, 2007

@Runeen: personnellement Meetic reste pour moi le plus abouti des sites de rencontre. Même si bien entendu il n’est pas exonéré de défauts (il est payant, design et ergonomie discutables…) il reste le site de rencontre de référence. Je ne pense pas qu’il soit intéressant de mêler notion « communautaire » avec rencontres amoureuses. Quant au contenu multimédia encore une fois je ne vois pas ou serait la valeur ajoutée. Il faut se poser une seule question: est-ce que cela va vraiment aider les membres en quête d’amour dans leur démarche? Est-ce que cela va les aider à rencontrer la bonne personne?
Personnellement ce sont les questions que je me pose. Quand d’autres ne veulent pas voir fuir leurs abonnés et bien personnellement je serais fier d’avoir « aider » à ma façon à ce que des couples se lient.
Quant à la version 3 de Meetic…..je dirais….déjà?lol

Laurent, le décembre 21, 2007

@Laurent,

Concernant l’aboutissement de Meetic, je dirai que c’est la moindre des choses ! Au fond, Meetic n’innove en rien. Ils ont juste su éviter les erreurs de Cum, jouer la carte de la modération à fond qui justifie évidemment le prix et marketraquer le web ( néologisme inventé à l’instant de marketing et matraquer ) !

Alors oui, quand on a de l’argent et qu’on rachète à tour de bras, ses concurrents, forcément, on devient une référence. Mais franchement, c’est que du business et c’est entrain de devenir une machine à fric où les ames solitaires vont y laisser plus que leurs argents ! ( je ne vous ai pas déjà dit que j’étais anti-meetic ? lol )

Alors la question du multimedia, c’est ce qu’annoncerait meetic v3. Comme toi, je m’interroge sur son contenu. Personnellement, j’ai ma petite idée la-dessus. Mais il faut louer leur idée fixe : faire payer à tout prix les femmes ! ( ironie )

Ce qui est dommage, c’est la tournure que ca prend, ils ont les moyens de bien faire et la seule chose qu’ils sachent faire, c’est racheter, racheter, gratter, gratter… C’est vraiment meenable !

Pour finir, je suis absolument d’accord avec toi sur le fait qu’il faut se poser les bonnes questions sur la rencontre et partant de la, faire le nécessaire pour y parvenir et si ca marche, rester humble et respectueux !

Runeen, le décembre 21, 2007

@Runeen: il est certains qu’avec autant de moyens personnellement il ya la possibilité de vraiment faire quelque chose de novateur et utile (mais là je garde les idées pour moi :))…)
Le business c’est très bien (indispensable pour se nourrir) mais je suis aboluement d’accord: n’oublions pas le but premier et n’oublions pas ceux qui vous nourissent (les membres). La première chose que pourrait apporter des sites comme M….c’est davantage d’égards et d’écoute vis à vis de sa clientèle.
Dans l’élaboration de mon projet je me suis bien sûr inscrit sur une bonne trentaine de sites concurrents, je les ais testés, j’ai appris à les connaître et une chose me choque: vous posez une question à l’équipe suport, on ne vous répond….qu’1 semaine après!
Et c’est juste un exemple…

Laurent, le décembre 21, 2007

Le site de rencontre puise ses origines sur le Minitel ? En France, on pourrait éventuellement l’admettre (bien que les grands ténors du domaine n’existaient pas, d’après cet article même, des opérateurs de services de rencontre sur Internet), mais à l’étranger, là où Internet n’existait pas ?

Bref, non, les sites de rencontres ne puisent pas leurs origines sur Internet, bien que certains opérateurs de services Internet aient été des services de rencontres Minitel.

Martin, le décembre 22, 2007

@Laurent,

C’est effectivement là que le bas blesse mais d’un autre côté, tu peux soulager ton service client si l’aide fournie sur le site est bien fait et d’actualiser régulièrement la FAQ.

Pour moi, le service client ne doit pas être confondu avec l’assistance à la rencontre dans le sens agence matrimoniale. Ici, il est surtout question de répondre à des problèmes d’ordre technique.

Ce que je reproche à la plupart des sites, c’est qu’ils ne maîtrisent absolument pas leur système de support. Ce qui, sans être mauvaise langue, les arrange bien. Le plus souvent, quand tu veux te désinscrire, bah, c’est la croix et la bannière. Soit brandi la menace de saisir la CNIL, soit tu fermes ton compte spammé.

Question d’actualité, uneR***tre.com t’inscrit d’office à la newsletter promotionnelle de ses partenaires. Alors, si d’aventure, l’envie de te prendre d’effacer ton compte, bah, t’es cuit, il ne reste plus qu’à abandonner ton adresse email… C’est évidemment une pratique totalement illégale.

J’espère que le grand ménage arrivera bientôt dans ce secteur.

Runeen, le décembre 22, 2007

Bon désolé pour les fautes d’orthographes mais même après relecture, on ne détecte pas toutes les fautes !

Tiens une proposition, pourquoi ne pas intégrer un module de corrections orthographiqes et grammaticales ? lol

Runeen, le décembre 22, 2007

La FAQ c’est bien mais cela reste impersonnel et c’est dommage.
Tout à fait d’accord, un site de rencontre est juste un lieu pour aider à la rencontre et rien d’autre mais autant qu’il soit accueillant, que le service y soit irréprochable et que le membre s y sente bien. Après révolutionner le principe je n y crois pas en revanche améliorer sa qualité oui. Rentre les choses plus simples et arrêter de vouloir ajouter des services juste pour dire nous on fait ça, nous ont a ça…mais se poser la question: « est-ce bien utile? »

Pour se désinscrire, la démarche doit être correctement expliquée ainsi que l’inscription « optin » ou la coregistration. C’est d’abord la loi qui le veut et personnellement je pense surtout que c’est le respect pour ses « clients » qui l’impose.
J’espère aussi que le grand ménage va s’opérer et pourquoi pas grâce à une charte…. ;)

Laurent, le décembre 22, 2007

Sous le titre Le Minitel Rose, une arnaque organisée , vous ajoutez selon la personne interviewée, qui souhaite garder lanonymat, etc et vous concluez 99% du Minitel Rose était infesté de robots et autres animateurs.il y a avait 95% dhommes .
Ces chiffres sont totalement exagérés.
Nous navons cessé de déplorer et dénoncer les pratiques que vous évoquez et nous connaissons particulièrement bien cette période.
Le phénomène de Messagerie Rose a démarré en Alsace en 1984 sur le site 3615 GRETEL ou les usagers ont détourné le système de messagerie en directe entre connectés pour draguer en ligne , à la grande surprise des créateurs du service (Les Dernières Nouvelles dAlsace).
Ce phénomène médiatisé par un reportage de France3 a donné naissance aux plus grandes Messageries roses de lépoque, organisées par le Parisien Libéré (3615 BALMA etc) et le Nouvel Observateur (3615 ALINE, Jane, etc.).
Puis dautres acteurs ont suivi comme Politel, AGL
En 1986, il ny avait pas danimateurs ni de robots. Très vite, comme aujourdhui sur Internet, il y a eu des messageries de rencontre roses ou sexy (40%), de rencontres durables ou matrimoniales (40%) et de rencontres gays (20%).
Les rencontres roses avaient moins de 25% de femmes et les sites les moins connus avaient recours à lanimation, mais les grands sites comme Aline, Balma, Politel, Cum, Ulla, Gay, G2 , Jh, Etre2, Xyz, etc. qui représentaient plus de 60% du trafic Minitel de rencontre nont jamais eu recours à lanimation ni aux robots.
Les services de rencontre matrimoniale 3615 Cum, Ludo, Bienvenue, Xyz, etc avaient 30 à 40% de femmes pour 70 à 60% dhommes.
Les services de rencontre gay nont jamais eu besoin danimation (animateurs ou robots)
La ghettoïsation du Minitel Rose et lassimilation de tous les services Minitel de rencontre à du Minitel Rose a été le résultat dune part du rejet instinctif du Minitel par la presse écrite qui pressentait la menace du on line (cf. les célèbres diatribes de François-Régis Hutin, patron dOuest France) et dautre part de la campagne orchestrée par Familles de France avec Monsieur Périer-Daville qui dénonçait le vagabondage sexuel et les dossiers noirs du Minitel Rose .
Cette alliance de la plume et du goupillon a été un succès médiatique qui a convaincu lopinion, et surtout ceux qui ne les pratiquaient pas, que tous les services de rencontre sur Minitel étaient roses.
La vérité est quil y avait à peu près les mêmes proportions de service de rencontre durables, sexuelles, hétéros, gaies, lesbiennes, échangistes sur Minitel hier que sur Internet aujourdhui, en France, aux Etats-Unis et demain en Chine et ailleurs
Dailleurs, le créateur de Meetic, Marc Simoncini, qui a été notre associé dans les années 90, sest inspiré du succès et des règles de 3615 CUM pour créer Meetic.

Il est cependant probable que la proportion de trafic animé par des robots, des animateurs, ou de fausses inscriptions était sensiblement plus élevée sur Minitel (20 à 35% du trafic) que sur Internet 5 à 10% du trafic).
En ce qui concerne lanimation que nous ne pratiquons sur aucun de nos sites que ce soit sur Minitel ou Internet ; nous mettons en garde les utilisateurs sur la page conseils http://www.serencontrer.com/h/PIED/conseils.php , contre les sites qui pratiquent lanimation et nous indiquons comment les reconnaître, par le test dit du Marcel .

Enfin, nous sommes à votre disposition pour discuter de tout cela avec lancien acteur du secteur qui témoigne .

Louis RONCIN, PDG dAGL.

Louis RONCIN, le décembre 27, 2007

bonjour
je suis surprise par la façon dont vous dénoncez les soit-disants 99% de « faux » fréquentants les services mintels… j’ai moi-même traîné longtemps sur les services de rencontres hum soft ? malgré la mauvaise réputation du mintel, j’allais sur 3614 accessible seulement aux femmes et bien moins cher et j’y ai rencontré il y a 11 ans mon mari (sur etre2) ! chose dont je ne me vante pas vu la réputation sulfureuse de ces sites… franchement je me demande si les sites internet sont plus sérieux, je ne le pense pas, c’est comme pour tout, il faut sélectionner suivant ce que l’on recherche… j’ai contacté des dizaines d’hommes, j’en ai vu aussi beaucoup et ne suis jamais tombée sur un « malade » mais plutôt sur des hommes comme moi sain d’esprit … et plus si affinités donc… par contre c’est vrai qu’au téléphone il fallait faire une selection car là j’en ai contacté des « pas nets »… comme dans la « vrai » vie d’ailleurs….

puce93, le novembre 27, 2008
Laissez un Commentaire
Commentaire: