Exclu : ComeInMyWorld… avenir de la rencontre ?

Par Julien Marie, le Jeudi, février 7th, 2008

Nous avons eu le grand privilège d’être les premiers à tester ComeInMyWorld, un nouveau service de rencontre d’un genre nouveau, développé à l’Explocentre d’Orange Labs. Au programme, immersion totale, voix, avatars, 3D et originalité pour un produit à contre courant des ténors actuels… Serait-ce un aperçu de l’avenir de cette industrie ?


Contexte

Finalement, les sites de rencontre se ressemblent tous, ou presque, et trouver une différenciation réelle est ardue. En 5 ans, le seul modèle nouveau qui a su s’installer dans ce paysage est la rencontre par affinités psychologiques.
La rencontre est une industrie un peu à part sur internet : ce n’est traditionnellement pas un vivier de recherche et développement technologique. Le video-chat ou autre téléphonie ne sont que des applications classiques de Flash Media Server, le matching n’a eu de développement que grâce aux sciences sociales (psychologie pour Ulteem et Parship, ethnologie pour chemistry.com de Match). Aussi, l’industrie de la rencontre est malade du syndrome que j’appellerai le « C’est comme ça ». Un site de rencontre, c’est comme ça, pas autrement. On doit pouvoir flasher, chatter, mailer, faire des recherches basiques et avancées, et la dernière mode, inclure un module à la Hot or Not. Voilà le marasme de notre industrie chérie. Là où arrive ComeInMyWorld.

ComeInMyWorld : Parti Pris et Castor

L’équipe de ComeInMyWorld a eu une approche différente : ils se sont posé la question de fond, la même que s’est posé le premier type à faire un site de rencontre il y a plus de dix ans : Comment, grâce à Internet, faciliter la rencontre amoureuse ? A dix ans d’intervalle, la réponse est différente.

Il y a dix ans, le modèle c’était les petites annonces de Libération, et l’Internet avait amélioré le concept : plein d’annonces, qui ne disparaissent pas d’un jour à l’autre, et la possibilité de contacter les personnes, mettre des photos, etc… Et on en est resté là.

Mais la rencontre, ne serait-ce pas parler, échanger, plutôt que se décrire avec un formulaire type Cerfa E412/8 ? Ne serait-ce pas se retrouver dans un petit coin douillet avec la personne avec qui on pense avoir des affinités ? Ne serait-ce pas d’abord un experience « sensuelle » au sens propre ? C’est ici le parti pris de ComeInMyWorld, assuré par une méthode secrète : l’esprit Castor de progression continue, basée sur une interaction forte avec les utilisateurs et la prise en compte permanente de leur feedbacks.

ComeInMyWorld : Ca ressemble à ça

CimW, c’est à la base, technologiquement parlant, de la 3D. Un client à télécharger (pour Windows pour l’instant) et une immersion totale. Je vous sens déjà frémir : on nous fait le coup de SecondLife, mais pour la rencontre. Rassurez vous : le monde est à dimension humaine : une petite ville avec trois places, une rue principale et une plage. On ne tombe pas dans le défaut de Second Life où il faut se téléporter, voler, courir puis marcher pour retrouver quelqu’un (qui se trouve au final être sur le toit d’un immeuble qui fait office de salle de jeu).

En se balladant, on croise des personnes, et certaines sont coiffées de sphères, orange ou verte. Les sphères orange signifient que la personne vous plaira peut-être, et inversement. Les vertes, c’est que vos recherches sont parfaitement compatibles. Les critères de recherche sont sommaires, mais cela est voulu : principalement la tranche d’âge, la taille, le fait d’être célibataire ou non, d’avoir des enfants, et la zone géographique d’habitation. Le reste se découvre en discutant.

Oui, j’ai bien dit en discutant, et pas en chattant. Ici, pas de chat. Soit on s’écrit des lettres, soit on discute en audio, avec synchronisation des mouvements de la bouche. L’effet est plutôt très réussi et on se laisse prendre au jeu. La voix donne un côté très réaliste et immersif à l’expérience.. Bien entendu avant, on a regardé le profil de la personne :

Enfin, une fois qu’on a l’impression que le feeling passe, on peut passer à une étape supérieure d’intimité : les InSitu. Des salles spéciales autour d’une thématique : Actualité, Cinéma ou Gastronomie, où on peut discuter tranquillement sur un sujet illustré par un album photo que l’on fait défiler. Ce qui donne des discussions marrantes, sur par exemple les Sushis ou des plats étranges. Mais surtout, l’InSitu des InSitu, c’est le MyInSitu. Mon lieu, dont je choisis la décoration, avec mes photos personnelles. Voici celui de Mimi, mon interlocutrice préférée :

Et oui, nous avons parlé poulets.

Limites

ComeInMyWorld est loin de nous avoir laissé indifférents. Cela fait du bien de voir quelque chose de différent, aux partis pris forts. On se pose toutefois des questions. La première, et la plus naturelle, c’est l’obstacle que représente l’acte de télécharger un client lourd sur sa machine. Je pense que la crainte de virus et autres spyware ne jouera pas ici : l’entreprise, la technologie, le travail derrière apportent une confiance totale dans le projet. Toutefois, c’est une certaine implication que de télécharger et installer 77Mo sur son disque dur, et cela est à prendre en compte.

La deuxième question que nous nous posons concerne le mode de découverte des membres de ComeInMyWorld. Elle se fait exclusivement entre membres connectés. C’est la fin de notre catalogue impersonnel, où on fait son panier de coeurs à séduire. En somme, quand on est pas là, on est pas là. Et quand trop de monde est là, les membres sont répartis entre des mondes virtuels semblable et nous sommes projetés dans celui où on aura le plus de Matchs (les sphères vertes). N’est-ce pas limitant ? Contraignant ?

Enfin, l’ultime question. ComeInMyWorld correspond-il aux attentes du marché ? N’est-il pas trop avant-gardiste ? J’avoue être partagé là dessus. Ma partie pro-innovation me fait dire que c’est génial et que les utilisateurs seront heureux de cette bouffée d’air frais. Mais ma part « marketeur cynique » me dit que les utilisateurs aiment leurs points de repères. Enfin, nous verrons. En tout cas nous souhaitons longue vie à ComeInMyWorld.

Pour l’instant, ComeInMyWorld est en beta privée. Le lancement se fera petit à petit dans les prochains mois.

4 Commentaires

Personnellement, je pense qu’il faudra encore du temps pour que la 3D s’impose comme un moyen naturel pour surfer puis se rencontrer.

Cela reste trop jeu vidéo et la mise en place technique peut en effet poser de très gros problèmes ! Quid des gens qui n’ont pas un ordinateur dernier cri ( j’exagère bien sûr ).

D’ailleurs, Home, le projet de chat virtuel de Sony pour sa PS3 sortira bientôt et risque de faire bouger un peu plus les choses.

Le seul moyen pour que la 3D entre dans les moeurs, c’est qu’elle s’intègre parfaitement dans un navigateur web à la manière de Flash ( dont les prochaines versions vont proposer plus de fonctionnalités 3D ). Ce qui est encore loin d’être le cas.

Pour l’heure, il est toujours bon de maitriser ce type de technologies plutot pointues histoire d’etre prêt quand aura lieu le véritable démarrage.

En tout cas, projet intéressant. Bonne continuation à cette équipe !

runeen, le février 7, 2008

Cool, il restera plus qu’à faire les trainer qui vont bien, et si c’est payant, il y aura surement des serveurs pirates.

J’imagine le truc, une dizaine de mec autour d’une nana (comme dans les chats actuels), et la tu te pointe et tu mets des coups de boule à la zidane, histoire de déblayer un peu le terrain, lol.

A mon avis ca va hacker dure.

J’attends la sortie de ce soft, il faut que je teste ça.

Gamer, le février 7, 2008

Toute la difficulté de ce nouveau site sera d’attirer suffisamment de monde dès son lancement. C’est toujours le gros écueil des nouveaux sites, car sorti des géants, on se rend compte que la plupart des autres végète avec une poignée de membres. Et dans ces cas-là, quand on arrive sur un tel site, on y passe 5 minutes et on y revient jamais (à moins d’habiter dans une très grande ville et d’avoir un minimum de choix). Comme en plus ce site en forme de jeu aura l’inconvénient de demander un lourd téléchargement, la tâche sera doublement difficile.
Ce qui est sûr c’est qu’il faudra que ce site/jeu soit immédiatement pleinement fonctionnel sans bugs. Et avec suffisamment de fonctionnalités pour ne pas trop souffrir de la comparaison d’avec les MMORPG.
Même si ce nouveau concept privilégiera le ludique par rapport au pratique en surfant sur une vague d’univers virtuel tel que Second Life, c’est tout le mal qu’on lui souhaite car c’est un projet quand même excitant et intéressant.
Dans cette optique il faudra faire gaffe au prix, mais si je peux donner une idée, c’est le genre de projet qui pourrait proposer la gratuité en se rémunérant par un système d’annonceurs à l’intérieur du jeu.

Alfred, le février 7, 2008

bonjour
je suis inscrite sur come in my world mais lorsque je veux y entrer par firefox impossible, il ne reconnaît pas cimW… quelqu’un peut-il m’indiquer la marche à suivre ?
Si j’y vais directement par le raccourci come in my world placé sur le bureau, je ne vois pas les photos des correspondants…

lasserre, le juillet 13, 2008
Laissez un Commentaire
Commentaire: